Cette saison encore, Christoph König, le directeur musical des Solistes Européens, Luxembourg a imaginé une programmation à
l’originalité bienvenue : il ne s’agit évidemment pas de surprendre, de bousculer, non, mais bien d’inviter à écouter autrement ce
qui a déjà été souvent écouté et à découvrir des lieux inédits – « inouïs » – dans ce vaste univers musical que nous aimons tant
parcourir !

Rappelons que chacune des soirées de la saison porte un titre, parfois très explicite, «Hommage à Beethoven», «Ode à l’automne»
parfois plus allusif, «Titanen – Rota Fortunae». Un titre qui invite à écouter autrement les œuvres programmées puisqu’il installe
des relations entre elles, que l’auditeur découvrira ou imaginera.

Les compositeurs et œuvres « incontournables » seront bien là : ainsi, notamment, la Symphonie n° 6 « Pastorale » de Beethoven,
la Symphonie n° 3 de Brahms, le Concerto pour violoncelle de Schumann, le Concerto pour piano en sol majeur de Ravel, le
Concerto pour violon de Mendelssohn.

Mais ils seront en résonances avec d’autres compositeurs ou opus moins souvent joués ou moins connus ou… pas connus – et qui
de ce fait retiendront notre attention ou s’imposeront à nous : le Concerto pour violon d’Edvard Grieg, l’Ouverture légère de Lou
Koster, la Symphonie n° 2 de Louise Farrenc, des extraits de la Symphonie n° 1 d’Hans Rott. Inattendue aussi sera la rencontre
avec la Symphonie n° 1 de Malher, la Titan… en version de chambre !

Quant aux solistes, ils offriront aussi un beau panachage : retrouvailles avec le violoniste Renaud Capuçon, avec le violoncelliste
Alban Gerhardt, avec la pianiste Lise de la Salle ; découverte avec le jeune violoniste Stefan Jackiw – déjà reconnu Outre-
Atlantique, et bientôt bien vite ici -, ou encore… l’accordéoniste Richard Galliano, remarquable transcripteur d’œuvres « classiques ».

Mais une saison des Solistes Européens, Luxembourg, c’est aussi le cycle Camerata, quatre soirées de musique de chambre offertes
en « carte blanche » à de jeunes musiciens de « chez nous » et qui se caractérisent chaque fois par la belle atmosphère plus intime –
« de chambre » vraiment – qu’ils réussissent à faire naître. Cette saison, les hôtes (au double sens de celui qui est reçu et de celui qui
invite) de ce cycle seront la pianiste Sabine Weyer ; la violoniste Sandrine Cantoreggi et la pianiste Connie Shih ; le pianiste David
Ianni ; le Duo de percussion Joint Venture et le pianiste Pascal Meyer.

On l’aura donc constaté, la saison à venir des Solistes Européens, Luxembourg est une belle invitation au voyage musical !

Stéphane Gilbart